FRENCH REFUGEE COUNCIL

Support & Empower Refugees

TRICOT

CONSTRUIT UN PONT ENTRE LES FEMMES FRANÇAISES ET RÉFUGIÉS

Depuis sa création, French Refugee Council soutient un grand nombre de femmes demandeuses d'asile et de réfugiées dans différentes régions de France. Nous organisons divers événements qui favorisent les rencontres entre les femmes et leur permettent de créer du lien et, plus important encore, de favoriser leur intégration dans les pays d’accueil, au même titre que les hommes.

Nouvelles opportunités pour les femmes réfugiées en France

COMMENT CELA A-T-IL COMMENCÉ?


Il y a quelques mois, des membres de notre association, adeptes du tricotage, ont eu l’idée de faire de leur passion un moyen d’échange et de rencontre. Elles ont lancé un appel sur les réseaux sociaux à toutes celles que cette passion peut réunir. Depuis, leur idée n’a cessé de susciter l’intérêt. Au départ les rencontres se faisaient, occasionnellement, tantôt dans un restaurant, tantôt dans un café, puis elles se sont faites de plus en plus régulières, dans les domiciles de quelques bénévoles qui étaient en mesure d’accueillir le groupe.


Le succès de ce concept a amené certaines des bénévoles à prendre en main l’organisation des rencontres. Elles se sont proposées de fournir le matériel et de dispenser des cours d’initiation aux débutantes d’entre elles. Le niveau des participantes aux réunions étant hétérogène, les membres de ce collectif ont constitué des groupes réduits où les plus initiées forment les nouvelles venues aux techniques du tricotage.


QUI SONT NOS PARTICIPANTS ?

Au-delà de la passion du tricot, ces réunions sont pour beaucoup des membres, l’unique occasion de quitter leurs domiciles et de faire de nouvelles rencontres. Nos participants viennent de différentes nationalités qui se réunissent et échangent leurs idées en pratiquant leur français avec des francophones. Ces réunions sont, aussi, le seul moyen, pour nombre d’entre elles, de pratiquer la langue française. En effet, nos bénévoles étant de diverses origines, la communication, entre elles, se fait exclusivement en français. 


L’occasion pour elles de joindre l’utile à l’agréable, en conjuguant l’apprentissage du tricot à celui de la langue. Cette action ayant fait de plus en plus d’adeptes, nous nous trouvons aujourd’hui face à un problème de taille, celui des locaux pouvant accueillir ces femmes pour leur permettre de poursuivre leur activité.